En mémoire d'Alexandre Junca, assassiné à 13 ans

Alexandre JuncaDisparu depuis le 4 juin 2011, Alexandre Junca, un enfant de 13 ans a été assassiné !!

Le samedi 4 juin 2011, vers 22h50, Alexandre Junca, 13 ans, disparaît à Pau alors qu’il revenait chez son père en vélo, après avoir participé à une fête. Une caméra de surveillance montre une dernière trace de vie alors qu’il était à seulement 200 mètres de sa destination.

Son vélo est retrouvé le lendemain, attaché à un poteau près du domicile de son père.


Alexandre aurait fêté ses 14 ans, jeudi 4 août 2011.
Mais deux mois avant, une main meurtrière a ôté la vie de l'enfant, l'arrachant à l'amour de ses parents, de sa famille et de ses proches.




6 Avril 2013 : La police, après presque deux annnées d'enquête discrète a arrêté les meurtriers.
Ce sont trois marginaux, Mickaël Baehrel, âgé de 25 ans (l'assassin), Mike Bonnet âgé de 26 ans, une femme de 47 ans, Fatima Ennajah (Compagne de Mickaël Baehrel), un homme, Jean-Claude Ducos, âgé de 74 ans vivant dans un village béarnais (Il a aidé à faire disparaitre le corps).

Ils ont été mis en examen pour des chefs d'accusations très graves :

"Avoir, entre le 4 et le 26 juin 2011, donné la mort à Alexandre Junca avec préméditation, avec des circonstances aggravantes d'actes de torture et de barbarie, et pour avoir enlevé, détenu et séquestré le 4 juin 2011 plus de sept jours le jeune homme en bande organisée , le tout avec la circonstance aggravante qu'il s'agissait d'un mineur de quinze ans."

 

6 juin 2014 : 3 ans après les faits, un autre homme a été interpellé et placé en détention, il s'agit de Christophe Camy, qui a été le déclencheur de cet acte monstrueux en voulant voler le téléphone portable d'Alexandre.

 

7 juin 2016 : Début du procès de ses assassins. Des révélations qui sont parfoins à la limite de l'insoutenable. Des accusés qui changent de version, oublient, rajoutent des éléments dans leurs déclarations. Un homme borné, têtu, JC Ducos qui se refuse à admettre sa participation pourtant évidente. Une femme F. Ennajah qui délire le plus souvent.
Et le pire, M. Baehrel qui avoue lors d'une audience que l'adolescent n'était pas mort sur le coup, comme il l'avait jusqu'à présent soutenu, et qu'il avait en réalité achevé Alexandre à coups de marteau après qu'il eut repris conscience parce qu'il ne supportait pas ses pleurs...

 

16 juin 2016 : Verdict de la Cour d'Assises de Pau.

- Mickaël Baehrel, l'assassin, est condamné à la réclusion à perpétuité pour "vol avec violences ayant entraîné la mort".
- Christophe Camy est condamné à 15 ans de réclusion pour "vol avec violences ayant entraîné la mort".
- Fatima Ennajah est condamnée à 3 ans de réclusion pour "non-dénonciation de crime".
- Jean-Claude Ducos est condamné à 3 ans de réclusion pour "recel de cadavre, atteinte à l'intégrité d'un cadavre, destruction de preuve et non-dénonciation de crime".


Maintenant les "médias" vont cesser de parler d'Alexandre. Petit à petit il sera oublié par tous ceux qui auront suivis ce terrible drame. Mais ici, sa famille, ses amis, ceux qui ont été profondément marqués, Alexandre restera pour l'éternité dans les coeurs.
Vous ne verrez pas sur cette page, les visages des ses assassins JAMAIS !

Seul le visage rayonnnant d'Alexandre restera pour éclairer les visiteurs de cette page.

N'oubliez pas !

 

En passant ici, une pensée pour Alexandre et tous ceux qui l'aiment.
vous pouvez écrire un petit mot dans le livre d'or
Merci de laisser un message de soutien, pas de polémiquer sur la justice, la haine, le gouvernement...

Un enfant est mort.
Tué par une main d'homme.
Un être aimé et aimant,
Le fruit d'un amour de deux êtres,
Tué par la folie d'un homme.

Un homme a tué un enfant !!
Qui est cet homme qui donne la mort,
Comme d'autres la vie.
Comment a-t-il pu ôter la vie à cet enfant,
Qui n'aspirait qu'à rire, qu'à aimer.
Qui ne souhaitait qu'une chose :
Vivre !

Honte à toi homme de peu de foi,
Homme de peu de loi,
Le visage de cet enfant sera pour l'éternité ta malédiction.
Et la justice, telle l'épée de Damoclès, sera ton bourreau.

Aucune pitié.

Aie peur, gémis, frémis, tu as raison,
Ta fin est proche.

PJ 2011

alexandre junca
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les obsèques d'Alexandre ont eu lieu lundi 2 juillet 2012 en l'église Saint Pierre de Pau

Alexandre Junca

Cette page ne se veut pas un mémorial, ce n'est pas non plus un lieu de chronologie de ce terrible fait,
c'est juste un lieu virtuel de souvenir afin de ne pas oublier.

Seules les victimes auraient éventuellement le droit de pardonner.
Si elles sont mortes, ou disparues de quelque façon, il n'y a pas de pardon possible.

Jacques Derrida

hit count